J’avais une question, mais elle n’est pas malicieuse

J’avais une question, mais elle n’a rien de « malicieuse » : où commence, et où finit le fascisme ?

C’est une question grave, sérieuse pour qui, comme moi, refuse et refusera toujours d’assimiler la droite républicaine avec l’extrême-droite, mais refuse tout autant de s’interdire de réfléchir, précisément, les complicités de pensée profondes entre, d’une part, une partie au moins de cette droite dite républicaine et, d’autre part, ce qui constitue le fascisme (ou l’archi-fascisme). Ce n’est pas une question facile, loin de là. Et pourtant. Pourtant, parfois, l’évidence est tellement criante : ces propos récents du sénateur UMP de la Meuse, Gérard Longuet — par ailleurs, comme nul ne devrait l’oublier, dans sa jeunesse membre actif d’Occident —, ces propos, je sais bien où les ranger — beaucoup trop bien.