rejoindre la voix de l’eau

« Rares, très rares les humains qui se jettent à l’eau pour rejoindre la voix de l’eau, la voix infiniment lointaine, la voix pas même voix, le chant pas encore articulé qui vient de la pénombre.
Quelques musiciens.
Quelques écrivains plus silencieux que d’autres dans des pages plus muettes encore. »

Pascal Quignard, Boutès, Galilée, Paris, 2008, p. 75-76.