rentrée littéraire

objectif « survie » ?

C’est difficile d’y échapper : j’ai eu beau résister — héroïquement — quelques jours, moins d’une semaine après mon retour à Paris j’ai craqué, je suis allé dans une librairie. Et j’y ai dépensé beaucoup (trop) d’argent : c’est la rentrée.

Liste : Georges Didi-Huberman, Devant l’image (Minuit, 1990 — d’occasion) ; Francis Claudon, La musique des romantiques (PUF, 1992) ; Jean-Paul Olive (dir.), Musique et mémoire (L’Harmattan, 2003 — d’occasion) ; Daniel Deshays, Pour une écriture du son (Klincksieck, 2006) ; Danielle Cohen-Levinas, La voix au-delà du chant (Vrin, 2006) ; Theodor Adorno & Alban Berg, Correspondance 1925-1935 (Gallimard, 2004 — d’occasion) ; Pierre Bayard et al., Esthétique plurielle (Presses universitaires de Vincennes, 1996 — d’occasion) ; Philippe Hucher, Le jazz (Librio 2€, 2007) ; Jacques Derrida, Otobiographies (Galilée, 1984 — d’occasion) ; Jacques Derrida, L’autre cap (Minuit, 1991 — d’occasion).

Voilà, j’ai de quoi survivre désormais, je vais pouvoir m’abstraire du tintamarre de la rentrée dite « littéraire », et surtout garder assez peu de visiteurs ici pour ne pas vouloir les conserver, pour ne pas me sentir tenu à des impératifs de survie — et aussi du temps pour méditer les conseils croisés de Charles et de François, car le temps des mauvaises lectures est passé...

P.-S. : bon j’avoue, j’ai menti... Dans mes achats il y avait aussi : Pascal Quignard, Boutès (Galilée, 2008) ; Hélène Cixous, Ciguë (Galilée, 2008) ; Emmanuel Adely, Cinq suites pour violence sexuelle (Argol, 2008). Je fais ici vœu de n’en parler que si ma survie sur la toile n’est pas en jeu.